Jour deux

J’avais une date avec Whitney, qui voulait aussi contribuer à la POF, et je voulais être ponctuelle pour une fois, mais au moment de partir Ringuette me fait remarquer qu’il manque un chaton. On les compte : un, deux, trois, quatre. Bin oui, il en manque une. La tabby gris et blanc, la p’tit snoro qui s’était couchée derrière mon SNES peu de temps après son arrivée, comme si c’était le meilleur spot pour dormir dans ma chambre. Est où, astheure? On l’a cherchée pendant quatre heures — OK, j’exagère un peu — avant que je la retrouve derrière un repli de drap, entre mon lit et le mur. Je pense que j’ai pas fini d’en perdre dans des recoins… Bref, j’ai demandé à Whitney si elle me permettait que je nomme cette vlimeuse Whitney. Ma Whitney humaine a failli pleurer de joie. « C’est la première fois qu’on nomme un chat en mon honneur. » Étonnant, pour une femme aussi féline!

Bébé Whitney. Regardez-moi ces petites bines roses!

Bébé Whitney. Regardez-moi ces petites bines roses!

Aujourd’hui, c’était une grande journée pour les bébés yawbes. Ils ont appris à utiliser le bac à litière! Devine lequel était le premier à faire un pipi et un caca dans le bac? Si t’as répondu « Damien, fils de Satan », tu gagnes un chaton (1). Bon, je précise que j’ai également trouvé un petit caca sur mon lit, mais il faut leur pardonner. Qui n’a jamais fait caca sur son lit? (Si tu réponds « moi », tu gagnes eurien.) Après Damien, ce fut le tour de Whitney, qui a enterré son caca comme si sa vie en dépendait. Un peu plus pis elle s’enterrait avec.

Faire caca comme un grand, c'est sérieux.

Faire caca comme un grand, c’est sérieux.

Quant à Maman (faudrait lui trouver un nom), j’ai remarqué qu’elle a moins de patience avec ses rejetons. Début du sevrage! Ils sont vigoureux, ça doit lui faire mal de se faire pétrir les mamelles par dix pattes griffues, ou se faire mordiller par des dents-seringues. Tout de même, elle les endure bien. Après une longue séance d’allaitement familial, elle est partie s’étendre dans le couloir pendant que les monstres, loadés de lait, se faisaient aller à dépenser leurs calories à peine ingérées. S’embusquer, marcher comme un crabe, se poffer, bondir, mordre, spinter pour aller nulle part en particulier : ça grouille, ces beubittes-là!

famille_1005

Pur réconfort.

Bonne nouvelle : deux jours avant leur arrivée, Ringuette me disait encore qu’il n’aimait pas mon projet de famille d’accueil. Il avait peur d’être allergique. « Tu fermeras ta porte! Aimes-tu mieux aller vivre ailleurs? Moi, je viens avec des chats pis c’est toute. » Eh bin c’est quoi la première affaire qu’il a fait quand il a vu les minous pour la première fois? Il a flatté Maman, s’est crissé la motte de poils dans la face, pis a pris une sniffe.

 

— Qu’est-cé qu’tu fais là!?

— Je teste pour voir si je suis allergique.

— !!!

 

Pas de réaction. Yé! Et tantôt, il voulait qu’on adopte Damien.

 

— On adopte aucun de ces chats pis tu le sais.

— Oui mais on adopte le Prince des ténèbres!

— Pourquoi?

— Regarde comme il est satanique!

— Essaie pas. C’est non.

 

 

C’est pas un coloc, c’est un enfant. J’ai sept enfants. Hum, je devrais exiger une allocation familiale.

 

 

(1) Bin non. Tu sais bin que je ferais jamais tirer un chaton.