La grosse journée de vendredi [contient un message subliminal]

Oui, ce fut une grosse journée. Je vais commencer par l’incident tragique, puis terminer avec les bonnes nouvelles.

L’incident tragique. Les chatons, ils crient souvent quand ils se chamaillent entre eux. Mais le cri que j’ai entendu hier soir n’avait rien à voir avec les couinements habituels. Jannoune s’est faite mordre par Christina, l’une de mes deux rates. Je suis arrivée en courant pour la trouver la patte coincée entre les barreaux de la cage, la rate la tenant entre ses dents. J’ai dû intervenir pour qu’elle la lâche, et Jannoune était terrorisée. J’ai tout de suite emmené la minette dans mon lit pour la réconforter, et j’ai nettoyé sa patte. La morsure était heureusement superficielle, il n’y avait qu’un tout petit peu de sang, alors je suppose que c’est surtout le pincement et la peur qui l’ont fait crier. Quelques minutes plus tard, elle jouait avec ses frères et soeurs, mangeait, courrait dans tous les sens comme une balle de ping pong. Mais mon dieu que je me trouve conne et irresponsable. C’était la première soirée où je laissais la famille sortir librement dans le Manoir — parce que dormir avec une litière visitée par six chat, sérieux, c’est dégueu — et je le regrette tellement. Ma principale crainte avec les rates, c’était qu’elles se fasse griffer par Maman à travers les barreaux. Mais j’ai remarqué qu’elle était plutôt amicale et détendue en leur compagnie. J’ai mis de côté mes inquiétudes quand je me suis rappelée que le gars qui m’a donné ces rates m’avait dit qu’elles étaient habituées aux chats. Mais un chaton fou qui grimpe sur leur cage, c’est une autre histoire…

J’ai passé le reste de la soirée à cajoler Jannoune, qui ronronnait fort et se roulait sur le dos. C’est là qu’on est devenu amies, parce qu’elle était plutôt timide auparavant. Si elle savait que c’est de ma faute, cet accident con! Je sais que les chatons se fourrent tout le temps dans des situations pas possibles et que c’est difficile de tout prévoir, mais là, je me sens vraiment comme une mère indigne…

Vers 5 h 30, les bébés monstres se sont endormis la face dans les mamelles de Madame Maman, et je les ai suivis quelques minutes après (mais pas dans les mamelles, là).

Ce matin, les deux pattes antérieures de Jannoune étaient identiques : aucune trace de la morsure! Et elle m’a souhaité bon matin en me montrant son bedon blanc et en étirant ses pattes, toute ronronnante. Je suis soulagée de voir qu’elle va bien, mais je m’en veux encore.

Je sais que ta vie commence raide, Jannoune, mais je suis confiante pour l'avenir. Surtout si c'est Mélanie Jannard qui t'adopte.

Je sais que ta vie commence raide, Jannoune, mais je suis confiante pour l’avenir. Surtout si c’est Mélanie Jannard qui t’adopte.

Maintenant, des nouvelles réjouissantes! Hier, c’était le grand jour de l’examen médical. Je suis allée à la clinique avec Émilie-Lune. Première étape : ouvrir un dossier pour chaque félin. Avec les deux TSA, on était quatre à peser les chats, les sortir et les rentrer dans le taxi-minou. Tout le monde est tombé en amour avec Madame Maman. « C’est une survivante! » Si douce, si calme, et tellement belle. Il faut qu’elle prenne un peu de poids, alors en plus de ses croquettes pour chatons riches en gras, je lui donne maintenant des gâteries sans ménagement.

Et les chatons… Les employés voulaient se frotter la face dedans. Ça doit être dur de travailler en clinique vétérinaire. Non seulement tu vois des cas tragiques régulièrement, mais en plus, tu dois tenter de garder une certaine retenue quand tu vois des bébés animaux qui sont quioutes à la limite du tolérable.

Je me sentais un peu obligée de me justifier quand je donnais les noms des chatons, mais j’ai pas senti qu’on me jugeait. Le gentil TSA a même tenu à écrire le nom complet de Damien.

Mon vet me fait des maudits bons prix, quand même.

Mon vet me fait des maudits bons prix, quand même.

Les choses sérieuses, astheure. C’est le temps d’aller rencontrer le docteur. Les chats ont pris d’assaut la salle d’examen. J’avais pas six chats, j’en avais six cent soixante-six. Inondation de chats dans la petite pièce. La maman a toléré la prise de sang avec beaucoup de courage, et toute la gang a eu sa première dose de vermifuge. Les vraies bonnes nouvelles : Madame Maman n’a ni le VIF, ni le virus de la leucémie féline. Et les petits bobos sur sa pattes avant sont possiblement dus au stress et non pas un signe de teigne (FIOU) comme je le craignais — et non, c’est pas des morsures de rat, gnn. La rhino semble sous contrôle, je dois continuer de nettoyer leurs yeux, et je vais leur donner un supplément de lysine. On y retourne dans deux semaines pour une deuxième dose de vermifuge et la vaccination!

Damien n'est pas du genre bin stressé. Yé zen.

Damien n’est pas du genre bin stressé. Yé zen.

Merci à Marie-Andrée pour la contribution à la POF. Merci à Émilie-Lune pour le transport, l’accompagnement à la clinique et la plus belle imitation de ronronnement de l’univers. Merci à la Clinique vétérinaire Iberville pour l’excellent service et les tarifs plus que raisonnables. Pas merci à Desjardins pour avoir choisi ce jour pour mon remboursement de prêt étudiant. Merci à Patrick pour le prêt.