Se briser le coeur

Je savais que ça arriverait. Et je sais que ça va arriver souvent. Que ce sera ça, la Fondation Po.

Mon coeur veut plus fort que ma raison, jai envie d’adopter alors que ce serait pas du tout raisonnable en ce moment. J’ai un gros coup de foudre pour Zelda, dont j’ai vu la fiche sur Petfinder avant même que la famille arrive chez moi. Po venait de mourir, et je voulais voir si je me sentirais capable d’adopter de nouveau. Le lendemain, sa fiche n’existait plus. Je ne sais plus pourquoi je suis retournée sur Petfinder cette semaine — pour un ami qui veut un chat? pour me torturer? —, mais j’ai vu que Zelda était de retour, et même si je crois pas trop au destin, ça a fait sursauter mon p’tit coeur, je me suis dit que je devrais peut-être pas écouter ma raison et aller chercher la minette, la sortir de là. D’autant plus que demain, la SPCA fait une journée spéciale d’adoptions sans frais parce que le refuge déborde de chats. La ville, la province est inondée de chats. Sors ton parapluie.

Évidemment, il y a un mais. En fait, plusieurs. J’ai donc consulté mon comité d’éthique — je vous le présenterai sous peu — et après discussion, la solution la plus raisonnable est d’attendre un meilleur timing avant d’introduire un nouveau chat à la maison. Ça va être plus simple pour la famille, et moins traumatisant pour le nouvel arrivant. Avant de faire le deuil de Zelda, je suis quand même tentée de faire le tour de mes amis pour savoir si l’un d’eux ne voudrait pas la prendre pour les deux prochaines semaines. Huuuuuh…

C’est la première fois que je pense sérieusement à adopter depuis la mort de Po. J’imagine que c’est bon signe. Mais je sors mon parapluie. Parce que ça va être ça, la Fondation Po. Marcher sous une pluie de chats sans trop mouiller mon p’tit coeur.

 

Zelda, homonyme de la soeur de Po.

Zelda, homonyme de la soeur de Po.