Rosie la survivante

La première chose que j’ai faite ce matin, après avoir tassé les grosses fesses de Whitney de ma face, ce fut de me rendre rapidement à la clinique pour apporter de nouvelles doses d’antibiotique pour Rosie. Au téléphone, on m’avait dit qu’elle semblait aller un peu mieux, alors je suis allée la voir dans sa cage, dans la petite salle d’isolement. Rosie! Ma p’tite Rosie Lili! Elle s’est tout de suite mise à miauler très fort, avec une force que je n’avais pas vue chez elle depuis des jours, et dès qu’on a ouvert la porte, elle a voulu grimper sur moi, elle ronronnait comme un tracteur, si petite, frêle comme écureuil empaillé pas rembourré, le poil hirsute et beurré de médicament, de manger mou, et quoi encore… J’étais émue de la voir comme ça. Crottée comme jamais, mais pleine de vie. J’aurais voulu la ramener, mais c’était évidemment plus sage d’attendre que le vétérinaire lui donne son congé. « Si elle va bien cet après-midi, elle pourra sortir en soirée. » J’ai quitté la clinique, pleine d’espoir, pour aller faire ma tournée de médicament.

Ça ne s’est pas super bien passé. Flaubert, cet être « d’une violence inouïe », m’a snappé un doigt. On le tenait fermement à deux, et il avait beau être emballé dans une serviette comme un egg roll, il était déterminé à ne pas gober son remède. C’était la première fois que je me faisais mordre par un chat, mais je savais que ça pouvait être grave. J’ai longuement lavé mon doigt sous l’eau courante avec beaucoup de savon, en faisant sortir le sang comme si c’était du venin, puis je suis allée à la pharmacie pour acheter du Polysporin. L’affaire avec les morsures de chat, c’est que ça peut facilement s’infecter parce que les chats ont de petites dents pointues et une salive loadée de bactéries. Un peu comme s’ils nous injectaient de la bave toxique. Bon, je veux pas faire peur aux hypocondriaques, là, je veux simplement faire une petite mise en garde : si tu te fais mordre au sang par un chat, lave bien la plaie, et va voir un médecin. C’est que le pharmacien m’a dit de faire. Par chance — si on peut parler de chance vu le contexte… —, mon médecin fait du sans rendez-vous à partir de midi. J’ai eu tout juste le temps de me présenter pour l’ouverture, puis je suis retournée le voir une heure plus tard. Il m’a remis une prescription de Clavulin (amoxicilline!) à prendre seulement si je vois des signes d’infection. Si ça arrive, ça devrait se déclarer dans deux jours. Il m’a aussi signé une prescription pour mettre à jour mon vaccin antitétanique. Ça, c’est les précautions à prendre. Ça se peut que ça se passe très bien, mais si ça s’infecte, j’aurai ce qu’il faut. Le savais-tu, toi, que les morsures de chat sont à peu près les pires morsures? Ça demeure tout de même moins inquiétant qu’une morsure d’humain ou de dragon de Komodo. Si tu te fais mordre par un dragon de Komodo, ou bien t’as vraiment la poisse, ou bien tu joues avec le trouble. Et moi, bien, je pense que je suis simplement tombée sur un p’tit punk de chaton, et que je devrai trouver une nouvelle manière de le soigner…

« C'est pas que je suis méchant, c'est juste que j'haïs vraiment ton stoffe aux bananes. »

« C’est pas que je suis méchant, c’est juste que j’haïs vraiment ton stoffe aux bananes. »

En fin d’après-midi, j’ai reçu un appel tout joyeux de la clinique. Rosie peut être libérée, yé! Encore une fois, c’était la fête. Cris et ronronnements en abondance. Elle me grimpait jusque sur les épaules. Aon. J’en ai profité pour expliquer au Dr Jaramillo que j’ai vraiment du mal à soigner Flaubert, et que je tiens pas tant que ça à me faire mordre une seconde fois. Il m’a dit qu’en dernier recours, on pourrait toujours lui faire une injection d’antibiotique. J’ai bien peur que c’est ce qui va arriver, parce que si Bébert continue de cracher l’amoxicilline partout, sa guérison est compromise — et mon appart commence à sentir les bananes synthétiques.

Les rouquins sont toujours prêts à faire des mauvais coups. Toutefois, ils acceptent sagement de prendre leur médication. Fiou.

Les rouquins sont toujours prêts à faire des mauvais coups. Toutefois, ils acceptent sagement de prendre leur médication. Fiou.

Depuis son retour à la maison, Rosie a joué avec ses frères, s’est promenée un peu partout, a testé tous les bacs à litière, s’est frotté l’arrière-train sur le plancher, et elle a mangé des croquettes. Si elle continue comme ça, elle n’aura pas besoin d’être gavée, et elle va tranquillement reprendre du poids. Aujourd’hui, elle pèse 1,8 livre, et je crois bien que George en pèse le double… Rosie a accès à trois sortes de croquettes, et trois sortes de manger mou. Si elle a une demande spéciale, j’hésiterai pas à lui répondre. Après tout, elle le mérite. Ça fait deux fois qu’elle frôle la mort en trois mois de vie. C’est une survivante, la belle Rosie.

Ces chatons ont exactement le même âge.

Ces chatons ont exactement le même âge.

Les chatons ne peuvent résister au fameux gogosse à plumes, pas même les chatons convalescents.

Les chatons ne peuvent résister au fameux gogosse à plumes, pas même les chatons convalescents.

J’ai hâte à samedi soir, quand j’aurai enfin la confirmation que ma morsure guérit bien (ou pas). Annie-Claude m’a suggéré de choisir la saveur de banane si jamais je devais prendre un antibiotique. Et je vais le faire, par solidarité avec les petits barbajoues.

Rosie-George_4746

Après les soins intensifs, l’amour intensif.