Répandre le bien pour Noël

Noël approche dangereusement, et je sais que tu seras tentée d’affronter les masses d’humains suintants dans les centres d’achats bondés pour compléter – ou pire, débuter – ton magasinage des Fêtes à la dernière minute, que tu risques d’abdiquer et mettre de côté tes belles valeurs anticapitalistes en achetant des osseties de cochonneries génériques comme des produits de soins corporels pis des objets pratico-décoratifs su Renaud-Bray-du-Câlisme, et c’est pourquoi j’arrive à la rescousse et te propose des idées cadeaux qui te feront pas honte. Je t’épargne du magasinage plate, et je te sauve la face. Même chose si t’es du genre à pas trop savoir quoi répondre quand tes parents/ta blonde/ton chum/tes enfants te demandent « qu’est-ce que tu veux pour Noël », ou que tu veux lutter contre la surconsommation, ou que t’es trop athée pis punk pour célébrer la naissance de bébé Jésus par un échange de cadeaux. Alors voici sans plus tarder ma solution pour te sortir de l’embarras et, surtout, aider des gens dans le besoin. J’invente rien, je voudrais simplement que l’idée devienne plus populaire.

Demande à ce qu’on fasse un don en ton nom pour un organisme de ton choix. C’est peut-être possible de le faire au nom de ton chat, ça reste à voir, mais l’important, c’est de choisir un organisme ou un projet qui corresponde à tes valeurs. Bien sûr, ça peut être la Fondation Po (tsé!), mais j’ai plein d’autres suggestions! En voici une liste non exhaustive :

  1. L’hiver est une période difficile pour les chats errants, et plusieurs n’y survivent pas. Beaucoup de gens dévoués et de petits organismes doivent travailler dans l’urgence pour secourir des chats blessés ou malades, des chattes gestantes ou des chatons orphelins. C’est justement la mission d’Adoptez un chat errant. Pourquoi ne pas parrainer un de leurs minets?
  1. The Pussie Patrol Cat Rescue! En plus d’avoir un nom qui torche, ce groupe de trois bénévoles recueillent des chats errants et abandonnés afin de les faire adopter. C’est une petite organisation, comme la Fondation Po, alors leurs moyens financiers sont limités.

  1. Parmi les gens qui m’ont inspirée à faire ce que je fais présentement avec la Fondation Po, il y a ma voisine Lulu. La première fois que je suis allée chez elle voir ses chats, j’étais comme un enfant dans un magasin de bonbons. Les yeux en forme d’étoiles. Lulu prend soin des chats errants, des maganés que personne veut, des éclopés dompés sur Kijiji ou dans des groupes de sauvetage sur Facebook. L’an passé, elle a pris sous son aile un pitbull souffrant d’allergies graves. Le beau Malcolm était dans un tel état qu’on était un peu moins tentés de l’appeler le beau Malcolm. [photo] Je t’épargne les détails, parce qu’il y a eu beaucoup de rebondissements, mais Lulu a réussi à le remettre en shape et à nous révéler la beauté sidérante de Malcolm. Mais ça lui a coûté une beurrée en frais vétérinaires, et elle paie autour de 200 $ par mois pour sa nourriture hypoallergène et ses médicaments. Et c’est là où je veux en venir. Personne n’envoie de dons pour Malcolm. Lulu travaille sept jours par semaine – ou peut-être même huit, elle en serait bien capable! –, elle sauve, soigne et héberge beaucoup d’animaux, et je trouve ça injuste qu’elle n’ait pas plus d’aide. C’est pourquoi je t’invite à donner à Lulu, afin qu’elle puisse continuer de soigner Malcolm et ses autres petits poilus. Elle n’a pas de compte PayPal, mais tu peux envoyer l’argent à la Fondation Po en spécifiant que c’est pour Malcolm. J’irai porter les dons à Lulu, et je t’enverrai des photos du plus beau pit du Plateau Mont-Royal.

    malcolm-avant-apres

    Malcolm, avant et après.

  2. La SPCA de Montréal prépare présentement une clinique de stérilisation et fait appel à la population pour avoir un soutien financier. La gestion de la surpopulation animale passe bien sûr par la stérilisation, alors on s’attaque aux racines du problème.
  1. Et les humains? Bien sûr que je t’encourage à les aider! Je te propose Vegfam, qui envoie des dons à l’étranger pour aider les gens à mettre sur pieds des projets alimentaires autosuffisants et durables, le tout sans exploiter des animaux (humains compris!). Au cours des dernières années, Vegfam est venu en aide à des survivants de catastrophes naturelles, des sans abris et des communautées marginalisées, des orphelins, des gens vivants avec le VIH/sida, des réfugiés, des écoles, etc.

Je pourrais allonger cette liste pendant longtemps, mais je sais que tu pourras trouver des causes et des organismes qui te touchent particulièrement. Cette année, au lieu de dire à ma famille qu’encore une fois, je suis cassée, et d’être gênée de leur offrir une bébelle inutile, je vais leur dire que j’ai utilisé les peu de sous que j’avais pour les joindre à ceux d’autres donatrices. Ensemble, on aide une jeune famille à éradiquer les puces qui vivent sur son chat (et dans sa maison). À moi seule, j’aurais été bien impuissante. Mais en gang, on peut faire la différence. Merci à Annie, Sophie et Nan. Passez tous et toutes un beau temps des Fêtes.

Affection et brouxl,

Sophy xx

Une réflexion sur “Répandre le bien pour Noël

  1. Pingback: Donner des cadeaux: pour qui et pour quoi? | Frédéric Côté-Boudreau

Les commentaires sont fermés.