Nos errants de Laval

Nathalie a réussi à trapper deux des sept chats de la petite colonie qui vit dans sa cour à Laval, et elle continue d’essayer d’attraper les autres. Nos deux protégés sont présentement hospitalisés à la clinique de mon amie Sophie, la Clinique du Plateau Mont-Royal. Moe et Louis-Hélène — fallait bien leur trouver des noms — ont été examinés ce matin. On a de bonnes et de mauvaises nouvelles…

errantlaval2

Allez, va sous la cage!

Commençons par Louis-Hélène. Elle est minuscule, craintive, mais accepte les caresses. Infection respiratoire, conjonctivite. Elle semble avoir environ 6 mois, car elle a encore des dents de chaton, mais elle a déjà eu deux portées… Elle serait donc un petit peu plus vieille, mais extra petite. Et maigre. Le test FIV-FeLV est négatif. Elle a une otocariose (communément appelée « mites d’oreilles », mais il s’agit d’acariens et non de mites) et des poux. Oui oui, des poux! Mais c’est une espèce spécifique aux chats, Felicola subrostratus. Je pourrais les mettre dans ma tête et ça ferait rien. Mais bon, j’ai d’autres passe-temps.

louis-helene2

Louis-Hélène aura un regard à couper le souffle quand elle sera guérie.

Moe, le matou, aurait environ 2 ou 3 ans, peut-être plus. C’est pas évident d’estimer l’âge d’un chat, surtout quand il a connu une vie aussi difficile. Il a aussi une rhino et les yeux infectés. Ses dents ont un peu de tartre, et l’une de ses canines est cassée. Il faudra éventuellement l’extraire. Mais ce n’est pas notre premier souci, parce que Moe est testé positif au FIV et au FeLV. Le virus de l’immunodéficience féline, ça se gère plutôt bien. D’abord, c’est un virus qui se transmet par contact sexuel ou morsure profonde, ce qui veut dire que des chats séropositifs peuvent cohabiter avec des chats séronégatifs sans problèmes, à condition qu’ils soient stérilisés et s’entendent assez bien pour ne pas faire de bagarres violentes — les morsures profondes sont plutôt rares chez les chats qui ont appris à cohabiter ensemble, même Whitney et Démon n’en viennent pas à ça quand ils pognent les nerfs. Un chat séropositif peut avoir une vie belle et longue s’il a une bonne hygiène de vie. Un chat de maison bien nourri et régulièrement examiné par sa vétérinaire, par exemple. En gros, ça me ferait pas peur pantoute d’héberger un chat porteur du FIV. Par contre, le virus de la leucémie féline (FeLV), c’est autre chose. Et c’est toujours ça qu’on craint quand on sort un chat de la rue…

moe-louis-helene2

Moe, je suis déjà en amour avec toi.

D’abord, la transmission est beaucoup plus facile. Il suffit d’un contact direct (salive, sang, selles, urine) ou indirect si les chats partagent les mêmes gamelles et bacs à litière. Le virus ne survit pas longtemps à l’air libre, mais un chat positif peut contaminer un chat négatif en le côtoyant, même sans morsure sévère. Ensuite, ce qui fait peur, c’est que les chats atteints ont une espérance de vie réduite. On parle de 2 à 3 ans environ. Ils finissent par développer des tumeurs, infections opportunistes, leucémie, etc. Ça, ce sont les grandes lignes. Mais en lisant sur ce site, j’apprends que 60 % des chats testés positifs au FeLV redeviendraient négatifs. La vétérinaire va me rappeler jeudi pour en discuter, parce que je veux pas dire n’importe quoi ni me faire de faux espoirs. Je vais donc y aller avec le pire scénario.

moe-cage

On veille sur toi, beau matou.

Il est possible que Louis-Hélène soit infectée aussi, puisque les deux vivaient dans la même petite colonie. On va refaire un test dans 6 semaines. Si Moe et Louis-Hélène sont tous les deux FeLV+ et en virémie permanente, il faudra les placer dans un foyer autre chat, ou encore un foyer où il n’y a que des chats séropositifs. C’est notre gros défi. Je sais que c’est possible, mais je sais aussi que ce sera difficile. C’est pourquoi je compte sur votre aide. Nous n’allons pas faire euthanasier un chat FeLV+. Nope.