Qui veut de Monsieur Gnou? Et qui veut de la Fondation Po?

Monsieur Gnou a été recueilli par la Fondation Po en juillet 2017 après avoir été secouru par des humaines dévouées. J’ai voulu l’adopter, et j’ai essayé fort de l’intégrer au Manoir Po, mais sans succès : Whitney n’a toujours pas quitté son rôle de bully, et j’ai beaucoup trop peur qu’il y ait des blessures sérieuses ou qu’elle contracte le FIV. J’ai dû me résoudre à le remettre en adoption afin de lui permettre de vivre dans un environnement sécuritaire et apaisant. 

Absolument toutes les personnes qui l’ont rencontré ou qui le côtoient régulièrement sont d’avis qu’il est extra. Chaleureux, doux, joueur, sympathique, attachant : tout le monde veut l’adopter. Mais il semble que personne ne puisse l’adopter. Elles sont déjà saturées de chats, elles ne peuvent s’engager à adopter un chat à la santé précaire, ou encore le coloc est allergique. Pourtant, je suis certaine qu’il existe des tas de gens qui veulent et qui peuvent adopter Monsieur Gnou. Pour que ce match soit possible, il faut que ces gens connaissent l’existence de ce chat incroyablement gentil. 

Merci de faire circuler sa fiche d’adoption et de parler de lui autour de vous!

Merci également de m’aider à couvrir ses soins médicaux. J’ai payé son arthroplastie en janvier 2018 et je fournis nourriture et litière, mais si j’ai créé cette fondation, c’est pour ne pas être seule à aider les animaux dans le besoin.

Ça fera bientôt 5 ans que la Fondation Po existe, et je n’ai toujours pas pris le temps de l’enregistrer en tant qu’organisme. À l’époque, j’avais pas une cenne, mais beaucoup de temps. Aujourd’hui, je n’ai pratiquement plus de temps libre, et si j’ai plus d’argent qu’avant, ça paraît pas trop parce que ma vache engloutit tout au fur et à mesure. Vous allez me dire « ouin, c’est peut-être pas la meilleure manière de gérer un organisme ». Je suis d’accord. Et je veux bien déléguer à qui sait le faire mieux que moi.

Je devrai bientôt trouver le temps (et l’énergie) de recruter de nouvelles bénévoles. J’avais une super équipe, mais au fil du temps il y a eu des départs — déménagement, arrivée d’un bébé, maladie, retour aux études, etc. — et les postes vacants n’ont pas été pourvus. Communications, administration, organisation d’évènements, transport, gestion des foyers d’accueil et des adoptions. J’ai pas tous les talents, non! Et je sais pas conduire. 

Tout ça pour en venir au fait que mon envie de poursuivre avec la Fondation Po est toujours là, mais que je dois prendre le temps de m’entourer de gens pour en faire un organisme plus solide et mieux organisé. Prendre le temps, mais pas trop : les besoins sont toujours là, les animaux sont toujours traités comme des choses. Et on doit les aider. Mais en équipe, okay?

IMG_1221.JPG

Monsieur Gnou veut toujours des câlins. Jamais tanné!

Publicités