À propos

J’ai partagé 19 ans de ma vie avec Po, ma chatte adorée, ma plus belle maladie mentale. On a littéralement grandi ensemble. Elle est décédée en juin dernier, et depuis, je veux aider d’autres chats — et pourquoi pas d’autres animaux? — à trouver un bon foyer pour la vie. J’accueille chez moi les animaux jetés comme des déchets et j’en prends soin comme si c’était les miens. Une fois qu’ils sont prêts à être adoptés, je leur trouve le meilleur foyer, le ou les humains avec qui ils fittent le mieux. La Fondation Po — la PoF pour faire ça court — est donc ma vie après Po.

J’accorde la priorité à ceux qui ont des besoins particuliers. Blessés, malades, orphelins, femelles gestantes, et bien sûr gériatriques. Puisque je travaille à la maison, je peux offrir des soins et une présence quasi constante. Et beaucoup, plein d’amour. Par contre, mes moyens financiers sont limités. D’où l’idée d’une fondation, car c’est en équipe qu’on pourra être le plus efficace pour aider ces laissés-pour-compte.

Mes premiers résidents furent une maman et ses cinq chatons qui étaient destinés à finir dans la chambre à gaz. Ils ont tous trouvé un foyer, et deux d’entre eux, Whitney et Frédéric-Démon, sont maintenant des résidents permanents, les ambassadeurs de la PoF! J’ai par la suite hébergé Mami, une chatte dont la gardienne a dû quitter le pays sans elle, puis une autre famille de rescapés de la fourrière : Cyndi-Lauper, Rosie, Flaubert, George et Andrew. Tous ont été adoptés!

Chère lectrice, cher lecteur, tu pourras suivre sur ce blogue l’évolution des minous et autres animaux qui transiteront au Manoir Po, et tu peux également nous suivre sur Facebook. Tu peux faire un don à la Fondation Po via PayPal. Tu veux aider d’une autre manière? Tu as des idées? Écris-moi à lora-zepam[a]hotmail.com.

Lora Zepam, fondatrice

Note : la forme féminine utilisée par défaut sur ce blogue est employée dans le but d’alléger le texte et désigne tous les genres.

« Broulx! »

« Broulx! »