Bye Britney

Ma petite Britney est morte aujourd’hui. Sa tumeur commençait à affecter son état général. Elle avait perdu du poids, elle était moins vigoureuse, et hier soir, j’ai remarqué qu’elle avait du mal à se déplacer et à rester stable. Ma vieille rate avait l’air bien fatiguée aujourd’hui, alors je l’ai emmenée à la clinique.

Le Dr Marku aurait pu lui retirer sa tumeur samedi matin, mais vu son âge, j’avais beaucoup de réticences à lui faire subir une chirurgie. Comme j’hésitais beaucoup, j’ai contacté des amis pour en discuter.

Dans la salle d'attente de la clinique.

Dans la salle d’attente de la clinique.

Dr Jaramillo l’a euthanasiée par injection intracardiaque après l’avoir bien sûr anesthésiée. Au total, ça a dû prendre moins d’une minute. Après, je suis restée un moment avec le corps de Britney, pour la flatter, la regarder, et la prendre dans ma main une dernière fois. Ses petites pattes postérieures ont eu des spasmes durant quelques minutes, puis, plus rien.

Un dernier dodo sur moi.

Un dernier dodo sur moi.

Lire la suite

Ouimzie et La Vache, deux adorables chattes gériatriques

Mercredi matin, Same et moi sommes allées à la clinique pour le bilan de santé de Ouimzie et La Vache. On s’est rejoint là-bas vers 11 h, et le rendez-vous fut beaucoup plus long que prévu.

Ouimzie, c’est l’aînée. Quatorze ans, écaille de tortue diluée à poil mi-long. Son beau pelage était encore humide, elle avait reçu un bain dans sa famille d’accueil après avoir eu la diarrhée. On savait qu’elle avait des vers, alors ça expliquait peut-être aussi son anorexie et ses vomissements. Je l’ai gardée dans mes bras, enroulée dans une serviette comme un nourrisson. On attendait notre tour dans la salle d’attente pendant que La Vache explorait gaiment les environs.

11198874_10153529861789853_2097051222_n

Ouimzie, belle madame de 14 ans.

La Vache, c’est la calico à poil court. Dix ans, grands yeux verts curieux, queue frétillante. J’étais pas trop inquiète pour elle. Dix ans, c’est pas jeune, mais c’est pas vieux non plus. Et on me disait qu’elle a un tempérament si doux, ça ne devrait pas être trop dur de lui trouver un bon foyer. Je m’étais dit que dans le pire des cas, je la garderais chez moi quand mes autres pensionnaires seraient partis. En attendant, les deux vieilles minounes peuvent rester dans l’ancien condo de Same, et on n’a qu’à passer les voir chaque jour pour les soins et les câlins.

11758864_10153529861784853_725016754_n

La Vache. Trop quioute petite face de aon!

Une fois sur la table d’examen, on a tous vu que Ouimzie ne tenait pas sur ses pattes. La pauvre était complètement déshydratée. Dr Marku a décidé de commencer par elle, il l’a tout de suite emmenée pour une prise de sang. Il a fait sa face pas du tout rassurante, sa face de Dr Marku qui a vu quelque chose de pas beau. Dans ma tête, un voyant rouge s’allume. C’est qu’on finit par connaître son vétérinaire, avec le temps.

Quand il est revenu avec les résultats d’analyse, son air était encore moins rassurant. Les données indiquent que les reins et le pancréas de Ouimzie ne vont pas bien du tout. Il faut prendre une décision rapidement : ou bien on l’euthanasie pour mettre fin à ses souffrances, ou bien on la garde aux soins intensifs durant deux jours, sous fluides intraveineux, et c’est seulement là que le vétérinaire pourra se prononcer sur ses chances de survie. « Mon pronostic est très réservé. » J’étais découragée. Dr Marku l’examine encore. Il lève la queue de Ouimzie, qui n’a pas cessé d’avoir le flux. « Ça, c’est pas des ténias, c’est des asticots. Les mouches ont pondu dans ses excréments. » God. J’avais jamais vu ça. Same a détourné le regard, complètement dégoûtée. Le vet a voulu lui laver les fesses — à Ouimzie, pas à Same —, mais je l’ai arrêté. « Si cette chatte est pour mourir aujourd’hui, je préfère qu’on ne la dérange pas plus que ça. » Qui veut gaspiller ses derniers instants de vie en se faisant laver les fesses?

J’ai appelé Philippe, son ancien gardien, pour avoir son avis. Philippe aime ses chattes, et s’il a dû s’en séparer, c’est qu’il n’avait pas d’autre option, et ce n’était pas une décision facile pour lui. C’était important pour moi de le tenir informé, et de savoir ce qu’il pensait de la situation.

OK. Assez de souffrances pour Ouimzie. Elle est à bout de souffle. Je l’entends alors ronronner. Mais tu sais, c’était pas un ronronnement de chat content. C’était un ronronnement de chat qui tente de s’apaiser. J’avais souvent entendu dire que les chats pouvaient ronronner quand ils étaient malades ou blessés, à l’agonie. Ouimzie avait besoin de se rassurer. Sa tête reposait dans ma main, et je la flattais doucement pendant que Dr Marku tondait sa patte antérieure. Le fluide est entré dans son corps, et instantanément, sa respiration a cessé, sa tête s’est alourdie. Regard fixe de petite Ouimzie.

La Vache. Ça va aller pour Tite Vache. Elle vient de voir mourir sa sœur adoptive mourir sans trop savoir ce qui se passe, mais on la laisse pas tomber.

Dr Marku ne veut pas faire de prise de sang tout de suite. Il propose une radiographie, parce que son foie est très, très enflé et dur. Il me le fait palper. Damn. Comment un si petit chat peut-il avoir un si gros foie?

Le vétérinaire nous invite dans la salle de radiographie pour nous montrer les résultats. Sur l’écran, une image de profil de l’abdomen de La Vache. Son foie est si énorme qu’il comprime les autres organes. Voilà pourquoi elle ne mange presque plus et vomit autant. La Vache a une énorme tumeur au foie, et c’est incurable. « Elle va peut-être vivre des jours, des semaines, mais certainement pas des mois. » Same et moi on se regarde. C’est tu possible? Deux cas comme ça en même temps?

Same a texté Philippe pour avoir son OK.

C’est déchirant de se décider à la laisser partir. Elle semble si alerte. Grands yeux verts. Elle ronronne dans mes bras. « Est-ce que je peux la garder dans mes bras pendant l’injection? » « Mais oui. » J’ai senti son petit corps de 6,12 lb devenir mou. La Vache pesait maintenant 30 lb. Je l’ai déposée doucement sur la table d’examen. Same et moi on continuait de la flatter. Ses grands yeux verts étaient tout aussi grands, mais la pupille était dilatée au maximum. On peut pas refermer les yeux des cadavres frais. C’est pas comme dans les films.

11758797_10153529895849853_262037791_n

Bye, petite Vache.

Ouimzie et La Vache ne sont pas tombées malades en deux semaines. Leurs maladies étaient là bien avant la consultation, bien avant leur changement de foyer. Leur ancien gardien avait bien sûr remarqué qu’elles ne s’adaptaient pas au bébé que le couple venait d’avoir. Elles mangeaient moins, maigrissaient. Quand il m’a écrit, il était un peu à bout de ressources, et je le comprends. Placer un chat en adoption, c’est jamais garanti que ça va marcher, encore moins quand le chat en question n’est plus un chaton. Alors dans le cas de deux chattes de 10 et 14 ans… Je lui avais dit que je ferais mon possible pour leur trouver un foyer, quitte à les adopter moi-même.

Quand les vétérinaires recommandent de consulter quand votre animal devient âgé, c’est pas une pogne pour faire du cash. Les animaux, en particulier les chats, savent très bien cacher leurs malaises et maladies. Et quand les symptômes apparaissent, le mal est souvent bien installé, plus difficile à traiter.

En rentrant de la clinique, j’ai fait une courte sieste. À mon réveil, Frédéric-Démon était couché dans mes bras, tout vibrant, et me faisait des yeux doux. Démon, c’est mon chat calinours. Il aime tout le monde, il répand le bien et la douceur à grands coups de frottage de tête et de « wrah » à peine audibles. C’est seulement à ce moment-là que j’ai pu pleurer. (Ouin, des fois je suis un peu en retard dans mes émotions.) Ouimzie et La Vache m’ont rappelé ma propre mortalité et celle des être aimés. Je peux mourir demain matin, Démon va mourir, ma mère va mourir, tout le monde meurt. Non, je suis pas dramatique! J’apprends à vivre avec la mort. Ça prends souvent toute une vie pour y arriver…

Ouimzie

Bye, belle Ouimzie.

Bien que je sentais qu’on ait pris la bonne décision dans les deux cas, je ne peux m’empêcher d’avoir des doutes. Des petits, mini doutes, juste assez présents pour que ça me tracasse. Est-ce qu’on aurait pu réchapper Ouimzie? Je sais que des chats très mal en point peuvent remonter la pente et nous surprendre. Seulement, au moment de prendre la décision, j’avais si peu d’espoir de la voir revivre, et je ne voyais pas comment je pouvais me permettre de mettre autant d’argent sur une hospitalisation sans avoir la moindre garantie qu’on allait l’aider au lieu de lui nuire. Et qui voudra adopter une chatte de 14 ans qui une grave maladie rénale et peut-être peu de temps à vivre? J’ai du mal à trouver un foyer pour mes petites mousses de sécheuses, de beaux chatons tout neufs, comme je pourrais espérer placer Ouimzie?

Et si j’avais ramené La Vache au condo, est-ce qu’elle aurait retrouvé l’appétit? Ou est-ce que c’est en la gardant vivante qu’on l’aurait laissée tomber? Aurait-elle pu vivre encore quelques semaines, avoir une certaine qualité de vie? C’était un peu irréaliste. La laisser seule dans un condo vide, même avec des visites quotidiennes, alors qu’une tumeur immense prend de l’expansion dans son abdomen et qu’elle vomit le peu de nourriture qu’elle mange, ça m’amenait des images plutôt horrifiantes dans la tête. Je peux pas laisser un animal agoniser. Je ne souhaite pas à un humain de vivre ainsi, et ça s’applique autant aux chats, dans ce cas. J’ai trop de respect pour la vie pour en venir à la retenir de force.

Je sais pas si mon désespoir était exagéré à ce moment-là. Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. Avant de partir, Nathalie, l’une des TSA, m’a dit qu’à la clinique, on ne prend pas l’euthanasie à la légère. Je sais que le personnel de la clinique est professionnel, et je fais confiance au jugement de mon vet. Ces deux morts étaient probablement inévitables, malheureusement. N’empêche que je trouve ça lourd d’avoir le pouvoir de mettre un terme à la vie de quelqu’un.

Aux vétérinaires et TSA qui devez régulièrement pratiquer l’euthanasie : j’ai de la compassion pour vous. Je vous envoie de la tendresse de Démon-Calinours.

À Same, Alex et Lauréanne : merci d’avoir été là pour les vieilles minounes. On va les enterrer dans la Vallée du Gouffre, dignement. Aux côtés de Po.

Des nouvelles en bref (mais pas si bref que ça)

Il se passe beaucoup de choses à la Fondation Po, alors je vais faire un résumé sous forme de liste!

  • Ron vit maintenant dans son nouveau foyer, en banlieue! Merci à Benoit d’en prendre soin, et merci pour la grosse virée à Anjou. Et merci bien sûr à Virginie, qui était triste de le voir partir, mais sachant que c’est un nouveau départ vers une belle vie, le deuil est plus facile. Et Benoit, il est en amour avec Ron…
  • La PoF adopte la micropuce! On a commencé par Ron et les chats du Manoir Po. Lundi fut une grosse journée : Benoit est venu chercher Ron chez Virginie après m’avoir pris en chemin avec Janine Suppo, Clint Eastwood, Whitney et Démon (ces deux derniers sont toujours soignés à mes frais, j’en profite pour le préciser!), puis on s’est dirigés vers l’Hôpital vétérinaire de l’Est, où Ron recevait son rappel de vaccin. Démon n’était pas du tout content de faire un tour de machine. Il a même fait un pet sauce en chemin. Mon pauvre chat brun a gardé un mauvais souvenir de sa dernière visite chez le vet, alors qu’il a dû être hospitalisé trois jours pour un blocage urinaire… C’était la première fois que je voyageais avec autant de chats. Benoit conduisait, Virginie tenait sur ses genoux le beau crapaud Ron (qui gérait bien son stress, comme toujours), je tenais la cage de Janine, et Démon et Clint avaient chacun leur cage. Ron a été vacciné et micropucé (il a fait ça comme un champion), puis il a été palpé de partout par la technicienne qui a fait son programme de perte de poids (ça, il a moins bien géré). Ensuite, ce fut à mon tour d’entrer dans la salle d’examen pour l’injection des puces. Personne n’avait envie de sortir de sa cage. Surprise, surprise… Clint n’était pas trop d’accord avec l’idée d’être immobilisé et d’avoir une aiguille entre les omoplates, mais les trois autres ont plutôt bien réagi. Et sur le chemin du retour, Clint était très agité, je l’avais jamais vu s’énerver comme ça. Virginie a dit « on dirait qu’il est dans une épreuve à Fort Boyard ». Il miaulait (silencieusement) en sortant ses pattes par la grille, et j’en garde des traces sur mes bras. Deux minutes avant d’arriver à la maison, j’ai compris pourquoi il était dans cet état quand on a senti l’odeur d’urine… Pauvre Clint, il avait tellement envie de pipi! En plus, il a uriné dans une cage que Benoit me prêtait… Mgnn.
  • Hier soir, les trois petits chatons errants de Rosemont ont été recueillis par Debra, qui m’avait d’abord contactée pour qu’on trouve une solution pour eux, et Dorothée est allée les chercher pour les garder en famille d’accueil jusqu’à leur adoption. Demain, on les emmène chez le vet pour un examen et peut-être une vaccination, et je vais leur acheter de bonnes croquettes nutritives, car ils sont maigrichons. Merci pour vos dons, c’est ce qui nous permet de les sauver! Deux des trois ont déjà un foyer adoptif potentiel. À suivre…
  • La maman des chatons de Rosemont est trop sauvage pour vivre dans une maison en compagnie des humains, mais on va tout de même la faire stériliser. Impossible de l’attraper autrement qu’avec une cage-trappe. Alors si quelqu’un peut nous prêter une cage-trappe, ça nous intéresse! Sinon, je mets ça sur ma liste d’achats prochains.
  • Une fois que j’aurai une cage-trappe, j’aimerais beaucoup m’impliquer pour stériliser des colonies de chats errants. Je sais que ça représente beaucoup de travail et d’organisation, mais on va y aller une étape à la fois, et surtout, il faudra travailler en équipes!
  • On nous demande régulièrement de l’aide pour trouver de bons foyers à des chats. Je vais bientôt vous présenter Suba, Grimace et Michel. Préparez-vous, ils sont superbes!
Ron, en train d'observer sa banlieue.

Ron, en train d’observer sa banlieue.

Les trois petits errants de Rosemont. J'ai hâte de vous les présenter!

Les trois petits errants de Rosemont. J’ai hâte de vous les présenter!

La PoF cherche une cage-trappe de ce genre. (Ce chat a vraiment une drôle de tête...)

La PoF cherche une cage-trappe de ce genre. (Ce chat a vraiment une drôle de tête…)

Mami va bien

Samedi dernier, j’ai emmené Mami à la clinique pour ses vaccins. J’avais prévu y retourner une semaine plus tard pour sa stérilisation, mais on a un peu changé les plans vu la situation…

Mami faisait encore des pipis hors de la litière, et avec l’arrivée de ses chaleurs, ça s’est empiré. Sa famille d’accueil commençait à désespérer, et avec raison. Quand tu travailles à temps plein et t’occupes de ton bambin, ramasser des pipis en revenant du boulot, c’est pas le meilleur des passe-temps, disons. J’ai donc fait ce que j’aurais dû faire depuis longtemps : j’ai demandé au vétérinaire de s’assurer que les pipis n’étaient pas symptomatiques d’un problème de santé. Mami a donc passé des tests sanguins pour vérifier l’état de ses reins et de sa glande thyroïde, en plus d’un test d’urine. Résultat? Ses organes vont bien, et elle n’a ni VIF ni FeLV. Par contre, le test d’urine révèle que Mami avait une infection urinaire. Elle prend donc des antibiotiques, et depuis, aucun pipi hors litière! Ça me soulage qu’on ait pu trouver la cause du problème, mais je me sens très mal d’avoir négligé de vérifier cette hypothèse plus tôt. On avait tendance à croire que c’était d’origine comportementale, puisque Mami faisait toujours pipi aux mêmes endroits. Et pourtant! Enfin, elle guérit bien. Aussi, elle a été stérilisée et s’est vite remise d’opération. Les choses se placent enfin pour cette merveilleuse minette! Mais il manque un bout à mon histoire, me diras-tu. Oui, j’y arrive.

Je voulais pas abuser de la patience de ma famille d’accueil. Elle a bien pris soin de Mami, et je sais qu’elle était beaucoup aimée là-bas. Mais j’étais prête à la reprendre au Manoir Po jusqu’à ce que je lui trouve un foyer qui serait prêt à travailler sur son problème de pipis inopportuns. Mais il s’est passé quelque chose de quasi magique.

La veille du rendez-vous à la clinique, Anne-Claire m’a contactée sur Facebook. Elle est déjà famille d’accueil pour la SPCA, et elle m’offrait de garder des chats de la PoF. Je l’ai appelée et je lui ai parlé de Mami. J’ai préféré être transparente, et je m’attendais à une réponse peu enthousiaste de sa part (tsé, « yo, veux-tu garder un chat qui pisse partout? », c’est pas l’offre la plus alléchante), mais Anne-Claire était prête à prendre Mami dès sa sortie de la clinique. On avait peu de temps pour s’organiser, alors j’ai sauté des étapes et j’ai apporté Mami à Anne-Claire. J’ai jasé un bon moment avec elle et son copain, et j’ai senti dit que je pouvais leur faire confiance, que tout se passerait bien.

Mami accourt quand on l’appelle. Anne-Claire dit qu’elle saute sur ses genoux pour se faire flatter et ronronne de joie. Elle m’a envoyé une photo d’elle sur laquelle Mami se fout le nez dans son cou. C’est magnifique. Je suis si contente que Mami soit enfin détendue! Pour mettre toutes les chances de son côté, je vais lui chercher un foyer sans jeunes enfants, car je crois que ça fait une différence sur son comportement et son bien-être.

Mami-bedon

On dirait que cet animal se sent à l’aise.

Je serai la gardienne de Mami dans quelques jours, je vais aller prendre soin d’elle pendant qu’Anne-Claire sera à l’extérieur de Montréal. Je compte bien traîner mon appareil photo avec moi pour t’inonder de photos de la belle Mami. Prépare-toi. Chatons, Mami, chatons, Mami.

Merci infiniment à la clinique vétérinaire Iberville d’avoir bien pris soin de Mami, et d’avoir gentiment accepté de la garder alors que la clinique était fermée.

Tu souhaites adopter la tendre Mami? Clique ici!

Mami

Introduction de Janine Suppo dans la meute des démons – deuxième rapport

La porte de chambre de Janine est constamment ouverte depuis déjà plusieurs jours, et je n’ai été témoin d’aucun incident notable entre elle et les démons. Le pire qui peut arriver, c’est qu’elle laisse entendre un léger grognement quand Démon insiste trop pour être son ami. Aucun crachement, aucune tape. Juste un genre de « les nerfs, le jeune, tu vois pas que je suis occupée? ». C’est que Janine Suppo est une chatte occupée, oui. Surtout depuis qu’elle a un plus grand territoire à gérer. En plus, elle a commencé à prendre de la drogue! Plusieurs fois par jour, elle vient faire son tour dans la chambre des démons – où je dors également, et où je passe le plus clair de mon temps – et prends sa dose de cataire en se léchant le petit canard stoffé d’herbe. Parfois, c’est le poisson magique, pour alterner.

Avec le poisson magique.

Wouhou!

Son nouveau spot pour dormir : mon sac à dos mou que je laisse traîner sur une boîte. Alors que durant les premiers jours elle restait surtout dans sa chambre, maintenant, elle explore chaque pièce plusieurs fois par jour, et elle m’a tout l’air de se sentir chez elle dans la chambre des démons. Aussi, hier elle a ouvert la porte de la salle de bain pendant que je faisais pipi. Je pense qu’elle est plutôt à l’aise…

Whitney et Démon ne désespèrent pas de la convaincre de jouer avec eux. Chaque jour, je les surprends dans leurs tentatives de se faire trouver quioutes par Janine, ils lui tendent des « embuscades gentilles », Whitney lui lâche des p’tits broulx avant de partir au galop, espérant peut-être déclencher une poursuite infernale, et Démon, lui, persiste à se tortiller contre ses flancs telle une truite en plein frai. Madame Suppo ne semble pas impressionnée.

Not impressed.

Not impressed.

En conclusion, Janine est une chatte qui semble avoir une bonne confiance en soi. Elle va où elle veut quand ça lui tente, tout en étant discrète et pacifique. Elle s’adapte très bien à la nouveauté, et j’ai confiance que sa transition vers son futur foyer d’adoption se déroulera bien. D’ailleurs, elle n’est toujours pas adoptée! Wink wink.

Depuis qu'elle a perdu une canine, Janine Suppo fait parfois des moues de Billy Idol.

Depuis qu’elle a perdu une canine, Janine Suppo fait parfois des moues de Billy Idol.